Rush de Ron Howard: Notre avis

Rush, où l’histoire vraie de deux pilotes de Formule 1, James Hunt et Niki Lauda, que tout oppose… ou pas tant que ça ! Tout deux sont passionnés de vitesse, de jolies voitures et de trophées à poser sur la cheminée. Mais tandis que l’un est prêt à risquer sa vie pour remporter une course, l’autre pense en terme de risque calculé. Le but étant quand même de gagner !

Sur le papier, tout parrait déjà vu. De Michel Vaillant, à Fast and Furious, en passant par Cars, autant dire que ces bolides ont été filmé sous toutes les coutures ! Et pourtant on en prend plein les yeux. Des gros plans intra-casque / intra-moteur qui vous plongent au cœur de l’action, un son qui fait vibrer les sièges, une musique tonitruante et un rythme effreiné qui nous entraine sur tous les circuits du monde, une image léché et un montage de haut vol !

Mais… Parce que oui, après tant d’éloge on pourrait croire que le film tient ses promesses. Et bien non. Tout y est mais Rush peine à passer la seconde. À qui la faute ?

Pas aux castings. Chris Hemsworth et Daniel Brühl sont tout à fait convainquant. Ils n’en font pas trop, ne se la joue pas sex-symbole en puissance en roulant des mécaniques et on croit en eux, en leur personnage. Les seconds rôles sont tout aussi justes.

Pas à la technique. L’image est belle, avec ce grain caractéristique des années 70. Le son du vrombissement des moteurs donnent des frissons. La vitesse des F1 est tout a fait réaliste, et d’autant plus impressionante. La musique accompagne à merveille les courses. La musique tient… Dès les premières images ont croit avoir déjà entendu cette mélodie… Mais où ça ? Inception peut-être ? Ou serait-ce dans Gladiator… Et oui c’est Hans Zimmer qui signe ici la musique… une fois de plus il nous ressert ce qu’il sait faire, sans pour autant prendre de grand risque. Dommage…

Mais alors si le casting est bon, la technique tout à fait au point, pourquoi le film semble faire du surplace ? L’histoire ? Peut-être… Le scénario n’est pas mauvais, Ron Howard sait écrire et réaliser des films, plus besoin de le prouver.

Cependant l’émotion a du mal à atteindre le 8ème rang sur lequel je me trouve. Que le personnage soit triste ou joyeux, je ne ressens pas cette joie ou cette peine, mais la constate. Malgré tout je ne m’ennuie pas, je veux connaitre le fin mot de l’histoire ! Pour ceux qui connaissent déjà l’issu de ces deux pilotes de légendes, ils trouveront peut-être le temps long…